Envie de participer ?

Découverte EXCEPTIONNELLE sur le site de l'Abbaye Royale Saint-Médard

Publié il y a 7 mois par

Découverte EXCEPTIONNELLE sur le site de l'Abbaye Royale Saint-Médard

MESSAGE DE NICOLAS DE SCHONEN

Chers Amis,

 Au mois d’octobre, l’équipe de Denis Defente a fait une découverte exceptionnelle sur le site de l’Abbaye. Cet événement a fait la une de la presse à tous niveaux, voire même chez nos voisins limitrophes.

Le communiqué de presse de la DRAC Hauts de France (ci-dessous)  résume parfaitement cette découverte.  En complément, vous trouverez en PJ, un reportage photos  (réalisé par Corinne Chassaing) qui vous permettra de découvrir la progression de  cet événement .

Bonne lecture et belle découverte !

Bien cordialement

 

Nicolas de Schonen

Président

 

Communiqué de presse de la DRAC  

 

Publié le 18.12.2020 

Spectaculaire découverte du corps exceptionnellement conservé d’un abbé du XIIIe siècle

lors de fouilles archéologiques

Des fouilles archéologiques menées sur autorisation de l’Etat (préfet de région) sur le site de l’ancienne abbaye Saint-Médard de Soissons dans l’Aisne, dont la crypte est classée au titre des Monuments historiques depuis 1875 ont permis la découverte du corps d’un abbé.

Une collaboration remarquable

La phase 1 de cette opération conduite en 2020 est le fruit d’une collaboration étroite entre la Direction régionale des affaires culturelles Hauts-de-France, le Conseil départemental de l’Aisne en charge de l’étude de la sépulture, le Centre national de la recherche scientifique, qui constitue, notamment, les archives vidéo de l’opération et la Ville de Soissons, propriétaire des lieux, à l’origine des campagnes de fouilles archéologiques et qui apporte l’indispensable soutien financier et technique à ces opérations.

 

Un exceptionnel état de conservation

Sous la dalle funéraire de l’abbé Albéric de Braine, décédé le 3 mai 1206, une tombe a été découverte dans un exceptionnel état de conservation. En ouvrant ce caveau, le 28 octobre 2020, l’équipe de fouille a constaté que la hampe de la crosse, le grand manteau brodé qui enveloppait le corps de cet homme d’église et ses chaussures étaient conservés. Le corps était déposé sur une feuille de plomb et la tête reposait sur une pierre inclinée, qui lui servait d’oreiller.

Un mystère pour les archéologues : le visage était recouvert par une tôle de plomb et la tête reposait sur un oreiller également en plomb.

 Une fouille en laboratoire s’imposait et ARC-Nucléart, atelier de recherche et de conservation au Commissariat à l'énergie atomique et aux énergies alternatives de Grenoble, a accepté de réaliser le prélèvement de cette sépulture, son traitement par irradiation gamma et son stockage. Le prélèvement a été réalisé mardi 15 décembre 2020, le transport et le traitement ont été engagés dès le lendemain.

 

La phase 2

La phase 2 en 2021, sera consacrée à la fouille , à l’étude et à la restauration de cet ensemble afin d’identifier précisément cet individu et les rituels funéraires, qui caractérisent cette inhumation. Une analyse ADN et une datation par mesure de radiocarbone seront réalisées. Une étude de l’histoire d’Albéric de Braine et de sa famille, très présente dans le Soissonnais aux XIIe et XIIIe siècles, sera également engagée aux Archives nationales de France. Une grande exposition, du type « de la fouille au musée », est dès à présent envisagée. Pour le financement de cette importante phase 2, il sera fait appel au mécénat. L’association « Abbaye Royale Saint-Médard de Soissons », qui a en charge, aux côtés de la Ville de Soissons, la sauvegarde et la valorisation du site, sera également associée à cette opération.

 

Une abbaye royale

L’abbaye Saint-Médard de Soissons est une basilique mérovingienne majeure fondée au VIe siècle par Clotaire Ier (511-561). Au VIIIe siècle, Saint-Médard devient un point d’appui des Pippinides pour la conquête du pouvoir : Pépin le Bref y est couronné en 751 et oint par les évêques. Associé à une résidence royale, l’établissement très lié au pouvoir carolingien, souffre de l’effacement de ce dernier. Néanmoins, l’abbaye connaît une nouvelle expansion à partir du milieu du XIe siècle et un ambitieux programme de reconstruction est engagé au XIIe et au XIIIe siècles. Elle est supprimée durant la Révolution.

 

 

 

toute l'association

Document associé